La place de la sounna en islam 1er partie

Traduction d’une épître de Cheikh al FAWZAN, qu’Allah le préserve
mardi 4 mai 2010
par  Webmaster
popularité : 48%

Aux noms d'Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux


Louange à Allah seigneur de l'univers, prière et salut sur notre prophète Mohammed le seau des prophètes qui a dit : « Il m'a été donné le Coran et avec lui son équivalent ».
 


Allah a envoyé son messager avec la guidé et la religion de vérité en tant qu'annonciateur de bonne nouvelle, avertisseur et comme une lampe éclairante après une interruption des messagers et la disparition des sentiers. Et par Lui (Allah) fît sortir de l'aveuglement et guida contre l'égarement, (le prophète) a transmis le message clairement a tel point qu'il a laissé sa communauté sur une voie claire dont la nuit est comme le jour. Il -prière et salut d'Allah sur lui- a dit : « Je vous laisse ce avec quoi, si vous vous y accrochez, vous ne vous égarerez jamais après moi : Le livre d'Allah et ma tradition », et il a dit -prière et salut d'Allah sur lui- : « certes celui d'entre vous qui vivra verra de nombreuses divergences. Suivez ma tradition et la tradition des successeurs (khalife) qui sont sur la bonne voie et qui sont bien guidés, accrochez vous à elle et mordez y avec vos molaires, et prenez garde aux choses nouvelles, car toutes nouveautés est une innovation et toute innovation est un égarement ».
 


Le sujet de notre conversation avec vous dans cette assise bénite -si Allah le veut- est autour de la tradition prophétique et de sa place en islam.
 


En général, dans la langue, il est voulu à travers le terme sunna (Tradition) : la manière. Allah a dit ce qui signifie : « Attendent-ils donc un autre sort que celui des Anciens » (sourate Fâtir ; verset 43), c'est-à-dire la manière ou l'habitude sur laquelle le jugement d'Allah s'opère sur les dénégateurs et ceux qui contredisent les messagers, et le prophète -prière et salut d'Allah sur lui- a dit : « Vous suivrez les habitudes de ceux qui étaient avant vous », c'est-à-dire les voies de ceux qui étaient avant vous parmi les communautés. Ceci prouve qu'il est voulu dans la langue à travers le terme sunna (Tradition) la manière. 
 


Quand à ce qui est de la terminologie des savants de la législation parmi les savants du récit prophétique, les doctes et les jurisconsultes, on voudra à travers se terme : « Ce qui est confirmé du messager -prière et salut d'Allah sur lui- comme paroles, actes ou approbation », certain d'entre eux ajoute : « ou caractéristiques ». Par conséquent ce qui est confirmé du messager -prière et salut d'Allah sur lui- parmi ces choses est la sunna (tradition) du messager -prière et salut d'Allah sur lui-. Ceci est la définition des savants de la législation.


 


Quand à son importance et sa place en islam, celle-ci est immense et son rang et considérable car la sunna du prophète -prière et salut d'Allah sur lui- vient en deuxième position après le Coran, la raison de ceci est que le premier des fondements de la religion est le livre d'Allah qu'il a révèle à son messager -prière et salut d'Allah sur lui- avec la guidée et l'éclaircissement.
 


Et le deuxième fondement est la sunna du prophète -prière et salut d'Allah sur lui-. Ce qui vient après eux parmi ce sur quoi sont construites les preuves se réfère à ces deux là. La base de ce sur quoi les preuves sont établies en islam sont ces deux grands fondements : Le livre d'Allah et la sunna de son messager -prière et salut d'Allah sur lui-, c'est pour cette raison que le messager d'Allah -prière et salut d'Allah sur lui- les a recommandé et a dit :« Je vous laisse ce avec quoi, si vous vous y accrochez, vous ne vous égarerez jamais après moi : Le livre d'Allah et ma tradition », et cela parce que la sunna prophétique est une révélation qui vient d'Allah comme Allah a dit ce qui signifie : « Et il ne prononce rien sous l'effet de la passion 3 ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée.4 ». (Sourate l'étoile ; verset 3 à 4). La sunna est donc une révélation d'Allah inspirée à son messager -prière et salut d'Allah sur lui- et le messager -prière et salut d'Allah sur lui- a transmis aux hommes cette révélation de ce qu'on lui a ordonné et interdit. 
 


De même, la sunna éclaircît, commente et explique le Qoran, elle détaille ce qui y est résumé, restreint ces absolus et spécifie ces généralités. Elle peut abroger certains de ses jugements ou ramener des sentences en plus de ce qui est dans le Qoran.
 


De là, il nous apparaît l'importance de la sunna attendu qu'elle est un commentaire et un éclaircissement du Qoran comme Allah a dit ce qui signifie :« Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux » (Sourate les abeilles ; verset 44).


Allah a donc révélé le Qoran et a chargé son messager - prière et salut d'Allah sur lui - de son éclaircissement, et cette éclaircissement est : la sunna comme Allah a dit ce qui signifie : « Et Nous n'avons envoyé de Messager qu'avec la langue de son peuple, afin de les éclairer » (Sourate Ibrahim ; verset 4).
 


Le messager de cette communauté est donc venu afin de l'éclairer, et parmi les exemples de cela il y a le fait qu'Allah ait ordonné la prière dans le Qoran, cependant il n'a pas éclairci le nombre d'unités de prière dans les prières de l'aube, du midi, de l'après midi, du couché du soleil et de la tombé de la nuit, plutôt il l'a ordonné d'une façon globale comme il a dit ce qui signifie : « Et accomplis la salat. En vérité la salat préserve de la turpitude et du blâmable. » (Sourate l'araignée ; verset 45), puis il a dit ce qui signifie : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la salat » (Sourate La preuve ; verset 5), et il a dit ce qui signifie : « Si ensuite ils se repentent, accomplissent la salat » (Sourate Le repentir ; verset 5), et les versets à ce sujet son nombreux.
 


De même, il a ordonné d'accomplir la prière mais n'a pas éclairci ses temps bien qu'il ait mentionné les moments de la prière de façon globale, comme il a dit ce qui signifie : « Accomplis la salat au déclin du soleil jusqu'à l'obscurité de la nuit, et [fais] aussi la Lecture à l'aube, car la Lecture à l'aube a des témoins » (Sourate Le voyage nocturne ; verset 78), et il a dit ce qui signifie : « Glorifiez Allah donc, soir et matin ! * A Lui toute louange dans les cieux et la terre, dans l'après-midi et au milieu de la journée » (Sourate Les romain ; verset 17 à 18). Ceci est une mention des temps de la prière de façon globale, et ce qui a éclairci cette globalité est la sunna du messager - prière et salut d'Allah sur lui -. Il - prière et salut d'Allah sur lui - a dirigé la prière de ses compagnons et a dit : " Priez comme vous m'avez vu prier ", de cette façon il a clarifier le nombre d'unité de prière dans les Salats. Nous faisons donc quatre unités de prière au déclin du soleil et deux unités de prière (à ce moment là) en voyage, nous faisons quatre unités de prière l'après midi et deux unités en voyage, trois unités de prière au couché du soleil en résidence et elle ne sont pas réduite en voyage, quatre unité de prière à la tombé de la nuit en résidence et deux unités en voyage, et deux unités à l'aube en résidence et en voyage. 
 


En ce qui concerne les temps de la prière, le messager - prière et salut d'Allah sur lui - les a éclairci puisqu'il a accompli la prière du déclin du soleil à son heure, celle de l'après midi à son heure, celle du couché du soleil à son heure, celle de la tombée de la nuit à son heure, et celle de l'aube à son heure, tout comme il est confirmé dans le récit prophétique authentique que Jibrîl - sur lui la paix - a dirigé la prière du prophète - prière et salut d'Allah sur lui - au début et à la fin des temps puis il a dit : " La prière est entre ces deux temps". Il - prière et salut d'Allah sur lui- nous a clarifié le nombre, la caractéristique, et le temps de la prière, et sans la sunna du messager il ne nous est pas possible de connaître la caractéristique et les temps de la prière, et ce même si nous connaissons son obligation dans le noble Qoran. Ceci nous prouve qu'Allah a chargé son messager de sa clarification et cet éclaircissement est d'ordre pratique et par la parole. Pour cette raison, lorsqu'un groupe de ceux qui renient la sunnah parmi les kharijites est venus à Omar Ben Abdel Aziz et que ceux-ci ont débattu avec lui sur l'obligation de s'argumenter de la sunna, Omar Ben Abdel Aziz - qu'Allah l'agréé - leur dit : " Allah nous a ordonné la prière dans le Qoran, alors comment prions nous ? Donnez moi un verset du Qoran qui montre la façon de prier ", à ce moment la leur attention fut attiré, leur argumentation interrompue et il les contraint à l'obligation de s'appuyer dans l'argumentions sur la sunna.
 


Tout comme la prière Allah a ordonné l'aumône dans le Qoran. Comment connaissons nous les biens sur lesquels elle est obligatoire ? Cette connaissance n'est possible qu'à travers la sunna. Il - prière et salut d'Allah sur lui - a montré ce qu'est l'aumône et que celle-ci est obligatoire sur l'or, l'argent, les grains, les fruits, les bêtes du cheptel (ensemble du bétail d'une exploitation), et ce qui est exposé de la marchandise, elle n'est obligatoire que sur ses bien qui croient et il sont les grains, les deux monnaies, les bêtes de pâturages. De la même façon il - prière et salut d'Allah sur lui - a clarifié la quantité sur laquelle on prélève l'aumône, par exemple : 
 


Concernant l'aumône sur les grains, fruits et ce qui sort de la terre on prélève le dixième ou la moitié du dixième selon qu'il y est eu approvisionnement ou pas. 
 


On prend le quart du dixième sur l'or et l'argent.
 


Sur le bétail, on prend pour chaque quarante brebis une brebis, ainsi il a expliqué le reste des proportions.
 


Sur les chameaux il - prière et salut d'Allah sur lui - a montré leur proportion, sur cinq chameaux on prendra donc une brebis, sur quinze chameaux on prendra trois brebis, sur vingt chameau on prendra quatre brebis, sur vingt cinq chameaux on prendra une bête dont la mère est porteuse(Bint makhâd), sur trente Chameaux on prendra une bête de deux ans (bint labôn), c'est ainsi qu'il a montré le reste des proportions dans l'aumône des chameaux et ce qui est obligatoire la concernant. De la même façon il a montré l'age obligatoire pour les chameaux, si ce n'était pas la présence de la sunna prophétique nous n'aurions pas su comment donner l'aumône malgré notre connaissance de son obligation dans le Qoran mais la sunna a éclaircît les quantités et les biens sur lesquels on fait l'aumône tout comme elle a éclaircît le moment dans lequel elle est obligatoire car l'aumône n'est obligatoire sur les biens que lorsque la période d'une année s'est écoulé à part sur ce qui sort de la terre. Ceci il est obligatoire d'en faire l'aumône dés qu'il apparaît être bon, comme Allah a dit ce qui signifie : « Et acquittez-en les droits le jour de la récolte » (Sourate les bestiaux verset 141).
 


Allah a de la même façon ordonné le jeune qui est un des pilier de l'islam mais il n'a montré ni les limites du jeûne, ni ce qui le corrompt et l'annule et ni les choses desquelles le jeûneur s'éloigne, les détails de cela sont mentionnés dans la tradition prophétique.
 


De même pour le pèlerinage vers la maison sacrée d'Allah, Allah a montré son obligation et a dit ce qui signifie : « Là sont des signes évidents, parmi lesquels l'endroit où Abraham s'est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes. » (Sourate la famille de 'Imrân verset 97). Ce verset prouve que le pèlerinage vers la maison est obligatoire mais il ne montre ni sa période, ni son comment. Le prophète - prière et salut d'Allah sur lui - a éclairci ces rites lors de son pèlerinage d'adieu avec les gens et a dit : "prenez de moi vos rites", il - prière et salut d'Allah sur lui - a donc éclairci les rites du pèlerinage un à un et a ordonné que nous prenions de lui comme il nous a été rapporté par ceux qui ont été témoin de ses actes - prière et salut d'Allah su lui -.
 


Pareillement, Allah a ordonné que l'on coupe la main du voleur, il a dit alors ce qui signifie : « Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu'ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d'Allah. Allah est Puissant et Sage. » (Sourate la table Servie verset 38), mais cette amputation a des conditions qui ne sont pas mentionnées dans le Qoran puis la sunna est venu pour les éclaircir de la même façon qu'elle a montré que l'on n'ampute le voleur que s'il a volé une proportion qui est d'un quart de dinar, de trois dirham ou ce qui est équivalent à ceci. Le verset n'a pas montré clairement la main et l'endroit à partir duquel on coupe celle-ci lors du vol mais le prophète - prière et salut d'Allah sur lui - a éclairci ceci et c'est que l'on coupe la main droite à partir de l'articulation qui s'appelle al Kô3 (le poignet du coté du pousse).
 


Nous n'avons pas l'intention de rechercher de façon approfondie les éclaircissements que la sunna apporte au Qoran, nous ne mentionnons que des exemples à ceci, sinon les éclaircissements du Qoran par la sunna sont nombreux.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois